MONA STREET volume 1

L'Arrivée de Mona

 

De Leone Frollo

 

Dominique Leroy - Collection : Vertiges Bulles - 2e édition - février 2014

    • eBook [PDF + ePub Fixed]

      5,99 €4,99 €(-17%)
    Formats disponibles →  Format PDF Format ePub Fixed
     
     

    Avis des lecteurs  

     

    Présentation

    La reine de Leone Frollo a été Betty Boop, la pulpeuse ingénue de Max Fleischer qui venait du music-hall américain où son sosie Helen Kane chantait un refrain à faire rougir les débardeurs.
    Mona Street ressemble à Betty Boop. D'ailleurs, elle est l'innocence même.
    Leone Frollo la promène adolescente, encore pensionnaire dans un jardin anglo-saxon où la morale coercitive a fait de l’érotisme un interdit, donc un exaltant péché. Un érotisme des plus suaves qui donne la définition entière de l'art de Leone Frollo : fragilité perfide à la Klimt, humour à la Beardsley, féminité coquine à la Leonor Fini, goût de l'extrême jeunesse à la Balthus...
    En regardant les séduisantes silhouettes féminines de Leone Frollo, nous paraissons tous des amateurs inquiets de corps lascifs de femmes qui sont en train de s'exalter pour eux-mêmes. Pas pour notre désir...

    Du Pont de Rialto à Venise (il y habite tout près) au Pont des Beaux-Arts à Paris, c'est le parcours que Leone Frollo (on prononce Léoné sur la lagune) a accompli sans faute sur les ailes de la BD. Il est cinéaste à ses moments perdus (ami du véritable père du cinéma italien, Césare Zavattini) et architecte de son état. L'architecture se porte bien du côté de la BD : Crépax est architecte naval, tout comme notre Cavell, ce qui n'est pas étranger aux décors de leur BD.
    Frollo est particulièrement fécond. Mais voilà : de même que pour Angiolini, son œuvre est restée longtemps anonyme. Toutefois, le style de Frollo – dans le mensuel Casino qui, prononcé à l'italienne, signifie « bordel », et les plus anciens Blancheneige et Lucifera - montrait facilement le bout du crayon, et personne ne s'y est trompé

    Collection Vertiges Bulles. 

    Bande dessinée, 66 pages, 61 planches, page de titre en noir et blanc et couverture en couleurs de Leone Frollo.

    1-paybox-services164x110

    1-logo_paypal_164x43

    0-images-ch_que

    Supports disponibles

    • eBook [PDF + ePub Fixed]

      Pdf PDF (MONA STREET volume 1, L'Arrivée de Mona), format 210 x 280, 66 pages
      Epub ePub Fixed (MONA STREET volume 1)
      A télécharger après achat

    Presse

    • Www

      BDerotique, 14/03/2011
      MONA STREET volume 1 (eBook)

      En bref, Mona est une jeune femme blonde qui, sous des dehors prudes, cache bien son jeu. C’est une experte des choses de l’amour et elle tient à le partager avec le plus grand nombre. Bien moins porno que les Casino, la série des Mona street est plus enthousiasmante. En effet, le dessin s’est affiné. Les femmes de Frollo sont très identifiables avec leur regards affutés, leur formes rebondies et leur psychologie volontaire, mutine mais pas saute-au-paf à mort. Frollo place son histoire dans les années 1920. L’ambiance début de siècle lui réussit bien. Le premier tome s’attarde sur Mona et ses amies, son apprentissage au pensionnat, etc. Tous ces lieux sont interdits aux hommes et propres donc à tous les fantasmes. C’est bien ce que réussit Frollo. Il nous offre des situations fantasmées assez fines et ne détaille que des plans saphiques. Le deuxième tome évoque les aventures vénitiennes de Mona qui y recherche la femme d’un comte, un gondolier et lutte contre une étrange confrérie. Très court, moins inspiré que le premier (à mon avis), il revient vers des histoires à la Casino avec un certain goût pudique, bien intéressant. Les deux tomes laissent sur la faim. C’est court, assez affriolant. On en veut davantage !!!

     
    • Extraits
    • Caractéristiques

    Référencer ce produit sur votre site

    → Copier en mémoire :